Grossesse – 1er trimestre

 

Le 1er trimestre peut parfois être complexe, voir paradoxal. A la joie et à l’excitation de l’annonce viennent se mêler une multitude de facteurs qui contrarient l’état de béatitude.

Ne pas trop penser à la grossesse pour ne pas s’attacher au bébé et ainsi éviter une trop grande déception en cas de fausse couche…
Ne pas pouvoir partager la bonne nouvelle à l’entourage avant les 3 mois…
Ne pas encore sentir le bébé bouger, laissant cette nouvelle vie en nous encore très abstraite…
….

Et pourtant….
Sentir pleinement les changement qui s’opèrent par la fatigue, les nausées, l’émotivité accrue…
Passer déjà les examens médicaux usuels….
Se soucier de l’annonce de la grossesse à son entourage personnel et professionnel…
….

Bref, se réjouir dans la retenue.

De l’euphorie et du bonheur, à la tristesse, en passant par la peur et le doute, le 1er trimestre représente un cocktail d’émotions qu’il est parfois difficile à gérer. D’autant plus que nous n’avons que peu de contrôle sur cette belle aventure qui commence.
Rester calme et détendue, et ce dès le début de sa grossesse, consiste alors peut-être davantage à ne pas chercher à gérer mais plutôt à lâcher prise et accueillir pleinement cette nouvelle vie!

 

Applications courantes lors du 1er trimestre

  • Se connecter aux sensations physiques/mentales et à leurs changements
  • Développer la présence à soi pour une meilleure écoute de ses besoins tout au long de la grossesse… et après
  • Apprendre à se détendre et développer une attitude d’accueil afin d’aborder la grossesse sereinement, quelques soient ses aléas
  • S’approprier progressivement sa grossesse

 

 

 

Si les applications proposées concernent essentiellement la maman, Alice van Gilst propose également des accompagnements aux deux parents.
Les attentes/besoins du couple ainsi que le format du suivi (ponctuel, spécifique à l’accouchement, et
c.) seront déterminés lors d’un 1er entretien.

 

Le sophrologue ne se substitue ni à la sage-femme, ni au gynécologue. Son travail s’inscrit dans la complémentarité au suivi classique.